Soutien à la recherche et concours Lauréat.e.s du concours de bourses de restitution des résultats à l'étrangers

Ana Deaconu, Université de Montréal

Diversity from farm to plate: Nutrition and food relationships among agroecological farmers in Ecuador [Diversité de la ferme à l'assiette: relations nutritionnelles et alimentaires entre agriculteurs agroécologiques en Équateur].

Abstract (la version française suit)

This project explores the relationship between sustainable agriculture and healthy diets for farmers. It looks to Ecuadorian farmers living in marginalized settings with high poverty rates, where a double burden of malnutrition means that farmers simultaneously experience the health problems of nutrient deficiencies and of overweight/obesity. Among this population, some farmers are practicing “agroecology”, an agricultural strategy that treats farms as ecosystems, which prosper with high biodiversity and numerous symbiotic relationships. While agroecology is increasingly recognized as a sustainable strategy for environmental health, this research project uses mixed methods including ethnography, key informant interviews and a cross-sectional survey to understand whether agroecology also has an impact on farmers’ health. Results suggest that agroecology promotes more diverse diets that include more traditional Andean products and which are sourced to a greater extent from the farmers’ own land or from barter, rather than purchased in conventional markets. These dietary practices set up agroecological farmers for better health outcomes, meaning that the same practices that create a healthier planet also promote health among vulnerable people. This Spring, Ana will return to participating communities to share the project’s findings and assess whether they make sense from the participants’ knowledge of local reality. As part of this participatory, action-research approach, she will work with the communities to explore how research findings can positively impact local practice. 

Résumé:

Ce projet vise à examiner le lien entre l'agriculture durable et une alimentation saine pour les agriculteurs. Il s'adresse aux agriculteurs équatoriens vivant dans des zones marginalisées avec des taux de pauvreté élevés, où un double fardeau de la malnutrition signifie que les agriculteurs sont confrontés simultanément aux problèmes de santé liés aux carences nutritionnelles et au surpoids/à l'obésité. Parmi cette population, certains agriculteurs pratiquent "l'agroécologie", une stratégie agricole qui considère les exploitations agricoles comme étant des écosystèmes bénéficiant d'une grande diversité biologique et de nombreuses relations symbiotiques. Bien que l'agroécologie soit de plus en plus reconnue en tant que stratégie durable pour la santé environnementale, ce projet de recherche utilise des méthodes mixtes, notamment l'ethnographie, des entretiens avec des informateurs clés et une enquête transversale, pour déterminer l'impact de l'agroécologie sur la santé des agriculteurs. Les résultats suggèrent que l'agroécologie favorise des régimes plus diversifiés comprenant des produits andins plus traditionnels et provenant davantage des terres des agriculteurs ou par commerce de troc, plutôt que des aliments provenant des marchés conventionnels. Ces pratiques alimentaires permettent aux agriculteurs agroécologiques d'obtenir de meilleurs résultats de santé, ce qui signifie que les mêmes pratiques qui contribuent à créer une planète plus saine favorisent également la santé des personnes vulnérables. Au printemps prochain, Ana retournera dans les communautés participantes pour partager les résultats du projet et déterminer si ces-derniers sont conformes à la compréhension des participants en ce qui a trait à leurs réalités locales. Dans le cadre de cette approche participative à la recherche-action, elle travaillera avec les communautés pour explorer comment les résultats de la recherche peuvent avoir un impact positif sur les pratiques locales. 

Catherine Ji, McGill University

Exploring knowledge, training and roles of community health workers regarding non-communicable diseases in Sao Paulo, Brazil. [Exploration des connaissances, de la formation et des rôles des agents de santé communautaires en matière de maladies non-transmissibles à São Paulo, au Brésil]. 

Abstract (la version française suit):

Brazil has an expanding primary care system, with more than 60% of the population covered by community health workers (CHWs) and family health teams (FHTs). With the rising burden of non-communicable diseases (NCDs) in Brazil and worldwide, compounded by the shortage of physicians and nurses, CHWs have the potential of bridging the gap in chronic disease management at the primary healthcare level. A partnership has been established between the McGill Department of Family Medicine and the Atenção Primária à Saúde Santa Marcelina (Santa Marcelina Primary Health Care Network), which manages 200 FHTs, including more than 1300 CHWs, and cares for around 2 million people in the eastern region of the city of São Paulo. Through this partnership, a research project with an integrated knowledge translation approach was developed, aiming to 1) establish the current knowledge, attitudes and practices of CHWs regarding NCDs, and to 2) explore how CHWs can effectively contribute to the management of NCDs as members of FHTs (including potential need for additional training). To achieve these objectives, a sequential explanatory mixed methods research design is being used, starting with a cross-sectional survey followed by a qualitative descriptive study. The final results will be disseminated back to the participants, the Atenção Primária à Saúde Santa Marcelina community and all other relevant knowledge users in the Fall 2019.

Résumé:

Le Brésil possède un système de soins de santé primaires en expansion, plus de 60% de la population étant couverte par des agents de santé communautaires (ASC) et des équipes de santé familiales (ESF). Face au fardeau croissant des maladies non transmissibles (MNT) au Brésil et à travers le monde, aggravée par la pénurie de médecins et d'infirmières, les ASC ont le potentiel de réduire l'écart en matière de gestion des maladies chroniques an niveau des soins de santé primaires. Un partenariat a été établi entre le département de médecine familiales de l'Université McGill et Atenção Primária à Saúde Santa Marcelina (le Réseau de soins de santé primaires Santa Marcelina) qui gère 200 ESF, dont plus de 1300 ASC, et se charge d'environ 2 millions de personnes dans région est de la ville de São Paulo. Grâce à ce partenariat, un projet de recherche avec une approche intégrée pour le transfert des connaissances a été développé, visant à 1) identifier les connaissances, attitudes et pratiques actuelles des ASC en ce qui concerne les MNT, et à 2) explorer les manières dont les ASC peuvent contribuer efficacement à la gestion des MNT en tant que membres des ESF (y compris le besoin potentiel pour une formation supplémentaire). Afin d'atteindre ces objectifs, un schéma de recherche séquentiel à méthodes mixtes explicatives est utilisé, débutant par une enquête transversale suivie d'une étude descriptive qualitative. Les résultats finaux seront communiqués aux participants, à la communauté Atenção Primária à Saúde Santa Marcelina et à tout autres utilisateurs de connaissances pertinents à l'automne 2019.

David Loutfi, McGill University

Disseminating findings from a mixed method study for reaching and engaging marginalized young women in Botswana. [Diffusion des résultats d'une étude à méthode mixtes visant à atteindre et engager des jeunes femmes marginalisées au Botswana].

Abstract (la version française suit):

About one fifth of the population in Botswana has HIV. Young women are most at risk due to issues such as poverty, poor education, and gender-based violence. Their reliance on transactional sex puts them at high risk of contracting HIV. The INSTRUCT trial aimed to improve their access to government support programs for education or employment opportunities. The study explored the social networks of marginalized young women to understand how better to identify and engage young women that could benefit from these programs. Analysis showed that young women often went to other women, those with children went to others with children, and those with limited education went to others with limited education when looking for support (information, emotional, or socializing). Rural areas were more densely connected than urban areas. In discussions with stakeholders, young women, community leaders, and government service providers suggested short and long term solutions for reaching young women. Short-term solutions included using existing community committees or creating new committees of young women to spread information about available support programs. Longer-term solutions included creating an SMS database. Although social media was suggested as a strategy, young women did not think this would be effective due to their limited access to mobile phones, electricity and Internet, particularly in rural areas. Spreading information to marginalized young women will require a variety of strategies. Recruiting through densely connected networks may be possible in rural areas, while social media might work better in urban areas that have better internet access. Key community members and door-to-door recruitment can contribute to reaching young women that might otherwise be missed.

Read the article Can social network analysis help to include marginalised young women in structural support programmes in Botswana? A mixed methods study

Résumé:

Environ un cinquième de la population du Botswana est infecté par le VIH. Les jeunes femmes sont les plus à risque en raison de problèmes tels que la pauvreté, l’éducation insuffisante et la violence liée au genre. Leur dépendance aux relations sexuelles transactionnelles mène à un risque élevé de contracter le VIH. L’essai INSTRUCT visait à améliorer leur accès à des programmes gouvernementaux offrant un soutien à l'éducation et des possibilités d'emploi. L'étude a exploré les réseaux sociaux des jeunes femmes marginalisées pour comprendre comment mieux identifier et engager les jeunes femmes susceptibles de bénéficier de ces programmes. L’analyse a démontré que les jeunes femmes allaient souvent vers d’autres femmes; les femmes qui avaient des enfants allaient vers d’autres femmes avec des enfants; et les femmes peu éduquées allaient vers d’autres femmes avec une éducation limitée en recherche d'un soutien (informatif, affectif ou social). Les jeunes femmes dans les zones rurales étaient plus connectées entre-elles que dans les zones urbaines. Lors de discussions avec les parties prenantes, les jeunes femmes, les leaders communautaires, et les prestataires de services du gouvernement ont suggéré des solutions à court et à long terme pour partager de l’information avec les jeunes femmes. Les solutions à court terme comprennent l'utilisation de comités communautaires existants ou la création de nouveaux comités de jeunes femmes pour diffuser des informations sur les programmes de soutien disponibles. Les solutions à plus long terme comprennent la création d'une base de données SMS. Bien que les médias sociaux aient été proposés comme stratégie, les jeunes femmes ne pensaient pas que cela serait efficace en raison de leur accès limité aux téléphones portables, à l'électricité et à l’Internet, en particulier dans les zones rurales. La diffusion d'informations aux jeunes femmes marginalisées nécessitera diverses stratégies. Le recrutement via des réseaux densément connectés pourrait être possible dans les zones rurales, tandis que les médias sociaux pourraient mieux fonctionner dans les zones urbaines disposant d'un meilleur accès à l’internet. Des membres clés de la communauté et le recrutement porte-à-porte pourraient contribuer à inclure les jeunes femmes qui seraient autrement difficiles à repérer. 

Read the article Can social network analysis help to include marginalised young women in structural support programmes in Botswana? A mixed methods study

 

Information

Kariane St-Denis
santemondiale-rrspq.med@mcgill.ca